Interview de Julie Goudot : Chroniqueuse radio et créatrice de Zunzún

Mot-Clefs: , ,

Julie a 34 ans et est mère de 2 enfants. A travers l’apprentissage de la CNV, de la parentalité positive et la mise en place de comportements raisonnés et éco-responsables au quotidien, elle oeuvre à son niveau pour contribuer à créer un monde meilleur. Vous embarquez ?

Retrouvez également notre dernier interview d’Arnaud Joly : Co-Fondateur de Planète-Verte Régie et tous nos interviews !

Bonjour Julie, peux-tu nous résumer ton parcours de tes débuts jusqu’à aujourd’hui ?

J’ai déjà vécu plusieurs vies très différentes, mais je suis tombée dans le monde d’internet en 1997 : j’ai ouvert un des premiers blogs MSN français. Pour l’améliorer, je me suis formée seule, au fur et à mesure de mes besoins, au développement web. J’ai acquis ainsi de solides compétences et j’ai finalement ouvert une entreprise de développement et webdesign en 2010. Entre temps, j’ai toujours blogué, et notamment entre 2011 et 2015 sur un blog devenu très populaire dans la blogosphère parentale, où je parlais essentiellement d’éducation non violente. En 2016 à un tournant majeur de ma vie, j’ai ouvert ZunZún, moins spécialisé et plus en phase avec mes préoccupations humaines et environnementales. Mon audience précédente attendait mon retour, l’accueil de ce nouveau blog a été très rapide. J’ai décidé de le monétiser en janvier 2017 en parallèle de mon activité de développeuse. Depuis septembre 2017, il est ma seule (et bien remplie) activité professionnelle. En plus des billets et des réseaux sociaux, il s’articule autour de la publication d’un livre, de chroniques radio, et de la naissance fin 2017 d’une boutique en ligne où je vends des produits de papeterie que j’illustre moi-même.

Beaucoup de personnes souhaitent se lancer dans le monde des influenceurs, si tu avais des conseils à leur donner, quels seraient-ils ?

De faire une priorité absolue de la qualité du lien avec leur lectorat. Pas d’influence sans confiance, mais surtout pas d’influence sans un très grand respect mutuel. Les lecteurs sont la clé de la réussite et il est indispensable pour moi de veiller à entretenir avec eux des liens forts et authentiques.

Ensuite, je dirais qu’il faut beaucoup de passion, et un grand sens du partage. Je vois le blogging comme une forme de cadeau qu’on fait aux autres, et ce qui est magnifique c’est l’envie qu’ont les lecteurs de recevoir ce cadeau. Je ne pense pas qu’ouvrir un blog pour devenir un influenceur est une démarche pérenne. En revanche, ouvrir un blog pour offrir sa passion ou son engagement, puis associer le lectorat à l’aventure de l’influence, est une démarche qui a toutes les chances de s’inscrire dans la durée.

De quels articles / vidéos / contenu es-tu la plus fier et pourquoi ?

C’est une question difficile. Tout ce que je publie, filme ou partage est issu d’une forme de besoin intense d’apporter quelque chose de nouveau à mes lecteurs et je mets la même énergie dans tout ce que je fais. Mais s’il fallait en citer spécifiquement, je dirais mon livre bien sûr, qui est une sorte d’aboutissement de tout le travail investi depuis si longtemps et la reconnaissance extérieure de la qualité de ce travail. Avant cela, je ne me sentais pas suffisamment crédible et j’en ai tiré une très grande motivation pour la suite.

Mais aussi les billets sur la Communication Non Violente et la parentalité positive. Je reçois chaque jour des messages de personnes qui y trouvent les clés pour faire autrement, transformer leurs liens familiaux, faire de nouveaux choix. C’est une récompense incroyable qui a une valeur inestimable pour moi.

T’arrive-t-il de travailler avec des marques ?

Oui, depuis plusieurs années puisque mon précédent blog parental était partiellement monétisé par le biais de partenariats. Pour ZunZún, cette pratique se poursuit, selon des codes légèrement différents mais j’aime assez ce genre de relations avec les marques.

Quel serait ton partenariat idéal ?

Sur le plan philosophique, je rêverais d’un partenariat où la marque et moi partagerions exactement les mêmes valeurs, et où chacun trouverait évident de contribuer à la réussite de l’autre.

Sur le plan commercial, nous ferions par exemple le choix de créer un produit spécifique à notre collaboration. Quelque chose qui pourrait retranscrire toutes nos valeurs, tout en apportant une réponse parfaite aux attentes du public visé.

Bon, et Régie Planète-Verte, tu en penses quoi 😉 ?

J’en pense que c’est une collaboration encore récente mais qui me paraît tout à fait prometteuse. Notamment, de par les multiples échanges déjà engagés et les quelques opérations partagées, on s’approche assez de l’idéal philosophique que je décrivais à l’instant. Ensuite, dans ma démarche de monétisation j’ai toujours voulu privilégier les liens étroits, et ne pas me disperser sur une multitude de plateformes où chacun n’est finalement plus qu’une adresse mail parmi d’autres. J’apprécie dans cette collaboration une forme d’exigence partagée notamment sur la qualité et l’authenticité des contenus. Et bien sûr, j’apprécie le sentiment de confiance que m’inspire l’ensemble de ce partenariat.

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux marques lorsqu’elles souhaitent travailler avec toi ?

Me faire confiance, simplement. Je connais très bien mon public, certaines lectrices me suivent depuis bientôt 6 ans, je sais ce qu’elles attendent, je sais ce qui va leur parler ou non, je sais comment leur amener un sujet qui au premier abord aurait pu passer inaperçu. Je parlais tout à l’heure de l’importance de la qualité du lien : un lectorat fidélisé se sent un peu comme dans une pièce de sa maison lorsqu’il consulte un blog qu’il aime. Lorsqu’un partenariat impose que la marque pilote le contenu sans laisser au blogueur le soin d’affirmer ce qui est bon ou non pour son lectorat, c’est un peu comme si du jour au lendemain les lecteurs entraient dans leur salon et qu’on avait bougé tous les meubles. Ils perdent leurs repères, peuvent se sentir insécurisés. Et finalement c’est mauvais pour le business, car la question de la confiance peut se poser.

Bien sûr, il n’est pas question de dire que la marque n’a rien à exprimer, au contraire, j’aime assez construire une opération en prenant vraiment en compte les attentes du partenaire. Mais je crois qu’une fois les attentes posées, il est indispensable de laisser au blogueur le soin de les mettre en forme. En tout cas c’est ainsi que je souhaite travailler.  

Est-ce que tu as d’autres projets dont tu peux nous parler et qui arriveront dans les prochains mois ?

Ma vie n’est qu’un énorme projet en constante ébullition, haha ^^ Plus sérieusement oui, je travaille actuellement sur deux nouveaux livres. L’un sortira en septembre 2018, le second je ne sais pas encore car c’est un très gros travail de rédaction à quatre mains qui demandera sans doute un peu de temps. J’espère pouvoir le publier avant Noël 2018. Je continue la radio, tous les 15 jours, qui est une expérience formidable pour moi et qui débouchera très certainement sur des créneaux d’émission plus longs à la rentrée 2018.  Et 2018 sera surtout l’année du développement de ma gamme de produits, j’ai une bonne dizaine d’idées en attente de réalisation, certaines nécessitent de trouver des artisans qui auraient envie de m’accompagner dans l’aventure…affaire à suivre !


Si vous êtes un annonceur avec une volonté de valoriser vos produits avec un message éthique et responsable en passant par nos influenceurs, n’hésitez pas à nous contacter, nous sommes la régie leader du développement durable et de la communication éthique et responsable.

Mot-Clefs: , ,

Twitter Linkedin